lundi 16 septembre 2013

Le Team à la 15ème édition des Roc'hs des Monts d'Arrés !

L'affiche 2013
Depuis le temps que nous en parlions, nous l'avons enfin fait, 3ème année consécutive pour moi mais grande première pour beaucoup de mes coupains ! Cette année, nous avons opté pour le 100 km, et avec le peu de roulage de cette année, nous savions que cela allait être difficile !

Arrivés dès le samedi aux alentours de 17h00, nous retrouvons notre petit parking préféré où nous installons notre campement. On se gare, papotons 5mn et prenons la direction du lieu de départ afin de retirer notre sac de bienvenue qui comprend la plaque de cadre (numéro 1003 pour moi), une dose de produit isotonique, un Tee-shirt souvenir de la 15ème édition des Roc'hs des Monts d'Arrés et quelques publicités.

En mode picnic au bord du lac
Une fois notre sac récupéré, direction la boulangerie pour nous ravitailler un peu, on passe forcément par la case : "On se boit un petit demi ?. Précisons que nous sommes à pied car nous avons fait le choix de laisser les VTT aux voitures afin de pouvoir se promener sans être trop encombré. Après avoir bu notre petit coup ^^ nous nous sommes offert une petite balade dans la forêt d'Huelgoat avec ses gros rocher bardés de légendes. Retour au bivouac aux alentours de 19h00 pour notre picnic au bord de l'étang d'Huelgoat et un gros dodo dans le coffre de nos voitures respectives !.

Prêts à partir !
6h45, le réveil sonne et un petit constat, ça caille ! mais il va falloir se motiver car le maxi raid de 100 km nous attend et pas question de louper le départ. Arrivés au stade de foot où se situe l'évènement, nous patientons jusqu'à ce que notre départ soit annoncé au micro. C'est la 3ème année consécutive que je participe à cette manifestation et je suis toujours impressionné par le nombre de participants, c'est un plaisir de voir tous ses Vététistes prêts à en découdre sur toutes sortes de parcours allant de 10 à 120 km. Tout le monde est chaud bouillant, ça discute dans tous les coins, c'est en quelque sorte une réunion géante de passionnés de VTT !

Ca en fait du monde
8h15, ça y est, c'est lancé, ça bouchonne sévère pendant 2 à 3 minutes mais vu le nombre de personnes à s'élancer, c'est un peu normal ! Nous sommes 4 à partir sur le 100 km, Yon, Steevens, Mika et moi, Sylvain étant parti 25mn plus tôt sur le circuit du 120.
Nous roulons donc a une bonne allure, un bon 16 km/h de moyenne mais il faut dire que le début du parcours est assez roulant. Au bout de quelques kilomètres, nous ne sommes plus que 3, Mika ayant décidé de réduire un peu l'allure afin de s'économiser et ainsi finir le raid. Nous enchainons chemins larges, routes mais aussi petits singles et bonnes patates, les kilomètres s'enchainent, le dénivelé positif aussi et nous arrivons rapidement au premier ravito qui se trouve aux environ du 20ème kilomètre. Bien garni, nous nous ravitaillons comme il se doit, chocolat, quartiers d'orange, morceau de banane, sirop etc.. Nous ne trainons pas trop non plus car il ne faut pas trop se refroidir ! C'est donc reparti, arrivés au 27ème
A travers champ !
km, des enfants ont préparés aux coureurs un petit stand et offrent un petit ravitaillement à qui souhaite s’arrêter ! Superbe attention de leur part car cela fait toujours du bien ! C'est reparti de plus belle, le balisage est parfait, difficile de louper une balise tellement elles sont nombreuses et bien placées, les bouchons, cette années sont quasiment aux abonnés absent hormis à certains passages ! Il faut dire que certains randonneurs se sont senti pousser des ailes au moment de l'inscription et ont pris le mode "Expert" alors qu'à la moindre descente ou bosse, descendent du vélo... Mais bref, on n'est pas là pour râler donc on passe et on patiente patiemment même si en suivant un de ses "randonneur" qui se met à freiner en pleine descente caillouteuse, j'ai failli finir dans les arbres à 2 reprises.... l'arrivée au 2ème ravito va nous permettre de refaire le plein des bidons car, même si il ne fait pas trop chaud, on boit pas mal pour éviter les crampes.

une pause s'impose
Ça commence à grimper un peu, les côtes ne sont pas forcément violentes mais elles sont longues et font mal aux cuisses.  Au 53ème kilomètres, c'est la pause repas du midi car nous arrivons au 3ème ravito, bien garnis celui là aussi, nous y retrouvons de l'andouille, du paté, des crèpes, bref tout ce qu'il faut pour se redonner un bon coup de fouet, nous en profiterons d'ailleurs pour faire un arrêt un peu plus long que d'habitude et nous détendre les jambes.
C'est reparti avec le ventre bien rempli, la reprise est difficile mais ça va le faire. Nous sommes aux environs du 60ème kilomètre et ce que je redoutais le plus arrive, la crampe à la cuisse droite, cette maudite crampe qui refait son apparition à chaque raid toujours aux environ de 50-60km.... je m'arrête donc, laisse filer mes 2 coéquipiers et commence à me masser la cuisse pendant 5 mn environ. La douleur commence à passer mais je commence à me poser des questions, il reste environ 40km à faire et je suis diminué physiquement à cause de cette foutue crampe. Dommage car sans cela, je suis assez en forme, le cardio et les jambes répondent bien alors je décide de finir coute que coute ce maxi raid. Seul hic maintenant, je suis tout seul, mes 2 collègues sont devant et il va falloir rouler au mental pour aller jusqu'au bout ! Les kilomètres avance, je me
photo d'un collègue sur le 60km
rapproche du but mais il va falloir encore affronter un détail important, je suis au 70ème kilomètres et les crêtes sont devant moi... j'ai les cuisses dures et je vois ces petits chemins caillouteux qui défilent devant moi.. J'avoue qu'à ce moment, mon moral est tombé très bas ! je grimpe en essayant de rester toujours sur le vélo, je ne lâche rien et arrive enfin au sommet et cela doit rester le meilleur moment de la journée, la vue splendide que nous offre les Monts d'Arrés, j'ai l'impression de voir la Bretagne vue du ciel...
Après la grimpette, place à la descente et ce n'est pas forcément du repos, en effet, les nombreux cailloux et ornières rendent la descente difficile, physique et fatigante. Mes bras souffrent, le semi rigide n'est pas l'idéal dans ces contrées finistérienne mais cela rend le pilotage un poil plus technique. La descente est longue mais je suis content, ma crampe à la cuisse a quasiment disparue et depuis le passage sur les crêtes, j'ai pu commencer à ré-accélérer et ainsi, augmenter la moyenne qui était bien descendue suite à la crampe.
J'approche de l'arrivée, les kilomètres restants défilent, je m'arrête brièvement aux derniers ravitos, juste histoire de manger un petit truc et remplir mes bidons.

kilomètres 99, j'entre enfin dans Huelgoat, petit passage en sous-bois avant d’entamer la dernière grosse côte qui monte jusqu'au terrain de foot, elle pique toujours autant mais elle a un goût d'arrivée et ça, ça motive à la grimper rapidement !

Voila, 102.4 km au GPS et 2300m de dénivelé positif et je franchi la ligne d'arrivée après 7h33 de roulage, je termine heureux et rincé, content d'avoir bouclé le 100km en mode expert avec un gros manque de préparation.

Pour conclure, une belle édition même si le parcours des 100 km était un peu roulant sur le début et le fait d'arriver sur les crêtes au 70ème kilomètre une fois qu'on était bien rincé n'a fait que compliquer la tâche ! En rentrant des Monts d'Arrés, je me promettais de ne pas y retourner l'année prochaine mais, après une bonne nuit de sommeil, j'ai déjà envie d'y retourner ! Donc à l'année prochaine sur Huelgoat pour la 16ème édition du Roch des Monts d'Arrés.

Panorama des Monts d'Arrés